Traumatisme sonore

C’est la cause la plus fréquente d’apparition des acouphènes. L’oreille est impliquée dans la majorité des acouphènes aigus qui peuvent accompagner le traumatisme sonore, après un concert ou une soirée en boîte de nuit par exemple.

Lorsqu’on interroge les habitués des discothèques, ils décrivent souvent des sifflements d’oreilles qui apparaissent après la soirée et ne durent jamais plus de 12h dans la plupart des cas.

Cet acouphène est un avertissement, le signe que l’intensité sonore a provoqué des lésions au niveau de l’oreille interne.

Les premières fois en effet il est provisoire et s’estompe les heures qui suivent. Mais en cas d’exposition prolongée et répétée, l’acouphène peut devenir irréversible et une baisse d’audition s’installer.

Si après un traumatisme sonore, vous constatez que votre acouphène persiste plus de douze heures, consultez votre médecin, car des mesures thérapeutique peuvent être prise pour soutenir l’oreille interne et favoriser un retour à la normale

A partir de quel niveau un son est-il dangereux pour l’oreille ?

Le caractère traumatique d’un son pour l’oreille dépend de deux facteurs : son intensité et la durée de l’exposition sonore.

On indemnise les travailleurs de l’industrie à partir d’un niveau sonore de 85 dB.

L’oreille reçoit la même dose de bruit quand elle est exposée 8 heures à 85dB, 15 minutes à 100 dB et 27 secondes à 112 dB.

Quand on sait que les niveaux sonores des boites de nuit vont le plus souvent de 95 à 105 dB, on peut se faire une idée du danger que représente une soirée passée dans un tel lieu.

 


Vous aimez cet article ? Partagez le ! :)